BADAGBON & CO, LES ALLIES OBJECTIFS DE L’ARTICLE 497.


Je n’ai pas pour habitude de répondre aux calomnies dont je suis souvent victime de la part de ceux qui, malgré le grand courage qui les porte, préfèrent l’anonymat des pseudos pour répandre leur venin sur ma personne. Pour ce coup-ci, il me semble que les bornes ont été dépassées, d’autant plus qu’outre mon honneur, l’image de l’organisation dont j’assure la présidence a été scandaleusement atteinte.


Je voudrais indiquer que je n’ai jamais rencontré aucun des protagonistes de l’affaire des Tilapias. Et qu’entre le lundi et le mercredi, où se serait déroulé le prétendu deal, je séjournais à Nairobi au Kenya pour participer au Forum africain des PME-PMI ; d’où je ne suis rentré que ce soir. Information facile à vérifier.

JPJean-Paul Agboh, président du CONAPP

Au surplus, mon SG est également absent depuis plusieurs jours du territoire. C’est dire donc que cette histoire sur les responsables du CONAPP, n’est qu’un tissu de mensonges, égrenés par ceux qui redoutent le nécessaire assainissement de notre corporation, débarrassée des maîtres chanteurs et des spécialistes en extorsion de fonds. Ils ont trouvé pour l’occasion, des alliés de circonstances en les habituels « monteurs de rumeurs ».


En tout état de cause, j’entends donner une suite judiciaire à cette énième atteinte à mon honneur. Ce genre d’ attaques infâmantes donnent du grain à moudre à tous ceux qui soutiennent l’article 497, que nous dénonçons depuis plusieurs jours maintenant. L’opération « Presse Propre » est vitale pour la corporation. N’en déplaise aux « petits délinquants « et à leurs commanditaires.