L'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) vient de signer le 16 janvier dernier ''un contrat de performance'' (CDP) avec le ministère de l'enseignement supérieur du sénégal permettant aux étudiants de disposer d'un ordinateur à partir de 8000 F par mois. Une aubaine pour l'UCAD qui veut adapter son enseignement à la modernité, à l'éfficacité et à l'excéllence.

Le CDP intervient dans le cadre du projet ''Gouvernance et financemenat de l'Enseignement supérieur axé sur les résultats'' initié par la Banque Mondiale vise cinq objectifs principaux: amélioration de l’efficacité interne; utilisation des technologies de l’information dans les stratégies pédagogiques ; renforcement des liens avec le monde du travail ; amélioration de la qualité de l’enseignement ; amélioration de la gouvernance. 

Aujourd'hui, il faut reconnaitre que l'UCAD compte à lui-seul plus de 75 000 étudiants avec une réalite palpable, près de 60 000 d'entre eux sont issus essentiellement de familles défavorisées d'où confrontés à des difficultés majeures liées à leurs conditions d'études. Ainsi, d'un coup global de 9 milliards de francs CFA, sur une période de 5 ans, «Ce projet va permettre à chaque étudiant des universités publiques de pouvoir disposer d’un ordinateur pour mener ses études dans un monde qui est de plus en plus orienté vers l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication»,assure  Mary Teuw Niane, ministre sénégalais de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Avec le soutien de la Banque mondiale, le gouvernement sénégalais, accompagné dans ce projet par deux compagnies internationales de renommée, Samsung et Intel (fabrication d'ordinateurs et de microprocesseurs) et Ecobank, il sera possible d'atteindre l'indicateur le plus important du CPD c'est-à-dire: avoir un taux de réussite de plus de 70% en 1ère année contre 30% actuellement au Sénégal.

 

sn-support-for-higher-education-in-senegal-a-computer-for-every-student-400x264

4095940-6215469 (Robert Zoellick, Président de la Banque mondiale)

Cette fois-ci, il ne s'agira plus d'allouer des ressources sur une base forfaitaire et aveugle mais sur la base d'objectifs fixés et de stratégies mises en oeuvre. Pour cela la plupart des 75 000 étudiants de l'UCAD ont été activement associés à la définition des objectifs du CDP. Un motif d'assurance et de confiance aux étudiants qui, d'habitudes très critiques à l'égard des initiatives provenant du gouvernement.

C'est un ‘plus’ pour les étudiants car il va certainement améliorer l’enseignement et les conditions de sa délivrance. Moustapha Diop de la faculté des sciences juridiques et politiques de l'UCAD est convaincu que  « l’université au Sénégal ne doit pas juste former des étudiants consommateurs mais des étudiants acteurs ». Ce projet va bien sur y contribuer pour beaucoup, assure t-on du côté de Dakar.

Avec le temps, chacune des cinq universités du Sénégal (Dakar, Saint-Louis, Thiès, Bambey et Ziguinchor) aura son propre CDP pour un montant global de 24 milliards de FCFA. Il faut souligner que ce projet va aussi contribuer à renforcer et moderniser la gouvernance du secteur, réhabiliter et développer les infrastructures universitaires (bâtiments et technologies de l’information et de la communication) et permettre la construction d’une toute nouvelle université à Dakar.

Selon Atou Seck, chargé du projet «Gouvernance et financement de l’Enseignement supérieur axé sur les résultats » au sein de la Banque mondiale, des outils de la modernité pour aussi vivre au rythme de l'évolution du monde car: "La mise en œuvre réussie de ce projet  devrait fondamentalement moderniser les universités sénégalaises et son enseignement supérieur pour en faire des institutions et système en cohérence avec les exigences du 21eme siècle".

Une évaluation annuelle déterminera si le contrat est reconductible avec tous ses cinq objectifs majeurs.

(Offres ouvertes uniquement aux étudiants sénégalais sur simple remplissage d'un formulaire disponible sur SAMA PC, www.sama-pc.com)